Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 07:49

A force d'être répétés, les mensonges deviennent souvent des vérités !

Français et Suisses qui mentionnent le CEVA -CFF (Cornavin-Eaux Vives-Annemasse) d’une longueur de 16,2 Kms, et qui en font la solution d’un transport collectif transfrontalier (TCT) du siècle sont de notre avis des personnes n'ayant pas une culture des TCT multimodaux. Les paramètres que les usagers rencontreront journellement pour rejoindre le réseau TER en Hte Savoie, en y ajoutant les ruptures de charges, comme les rebroussements à Annemasse qu’occasionnent les correspondances aux réseaux Présentation1RER-CFF du CEVA et les TPG pour rejoindre son poste de travail, en feront en 2018 à l'ouverture de la liaison CEVA, toujours le parcours du combattant.

En y regardant de près le projet de cette liaison intéresse en premier lieu les villes de Genève pour desservir l’urbain de la ville avec le RER-CFF arrivant de la Côte et Lausanne, passant par Pont Rouge, Carouge, Hôpital Cantonal, Genève Eaux Vives, Chêne-Bourg pour la partie suisse et Annemasse pour valoriser son quartier « Chablais Parc »

En dehors des deux extrémités de ces destinations, l’avantage reste de posséder une liaison directe en plus des arrêts Hôpital Cantonal, Carouge, Pont Rouge dans un temps de parcours de 22'.  

Malheureusement, il n'apportera pas la fréquentation journalière significative espérée côté français à celle d’aujourd’hui avec le TER-SNCF. En effet les paramètres de déplacements des TCT seront les mêmes avec l’ancienne ligne RFF-TER terminus à Genève Eaux Vives dans un temps de 25’ y compris la correspondance avec le tram de gare à gare jusqu’à Cornavin.

Selon les paramètres de chaque usager, travaillant dans les différents quartiers de la ville de Genève venant du Chablais (St Cergues, Machilly, Bons, Perrignier, Thonon, Evian) ou de la Vallée de l’Arve (Reignier, la Roche, St Pierre, Bonneville, Marignier, Cluses, Magland, Sallanches, St Gervais) ou la région Annécienne (Groisy, Pringy, Annecy, Rumilly) laissent entrevoir que le transfert de la voiture aux rails n’est pas pour demain.

L’association AGFUT-DTC 74, fort de l’expérience de 20 années de TCT de ses membres, à toujours voulu valoriser le CEVA. La société civile et les usagers n’ont pas été entendus, tous laissent à croire un déficit programmé et un investissement erroné de nos élus transfrontaliers.

Du côté du CEVA suisse, la gare CFF de Genève Cornavin, avec une fréquence de 10 000 personnes jour est tout à fait envisageable.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles GUERRIN 16/10/2012 18:19

Très intéressé par votre article (et les précédents), car je pensais que le CEVA répondait à un vrai besoin – à des conditions économiques et environnementales raisonnables. Non seulement pour les
usagers du strict secteur urbain Annemasse-Genève, mais plus largement.
Votre argumentation sur la dispersion des habitats et les ruptures de charge qui en résulteraient me semble incontestable.
C'est d'ailleurs la principale objection que l'on peut faire, à la puissance dix sinon cinquante, au projet de recréation d'une ligne ferroviaire du Tonkin.
Avant de rêver au train, il faut se demander qui le prendra réellement. Surtout lorsque, au bout du compte, ce seront moins les (rares) usagers que les contribuables qui le financeront.

AGFUT - DTC 74 18/10/2012 13:26



Vous avez bien compris  les paramètres que
l’on veut faire ressortir.


Si des gens rêvent de trains « Tonkin »,  nous nous défendons l’intérêt des usagers, le développement durable, la rentabilité d’un projet, la dénonciation des  investissements médiocres.


A notre sens, la liaison Ceva sera un transport urbain de Genève avec un équipement
CFF (voies et RER)


La confédération Suisse investit à 40% sur les constructions des trams d’Annemasse, St
Julien, St Genis en plus du BHNS de l’Agglo d’Annemasse.


En attendant si nous avions tous réfléchit ensemble, que de se faire imposer un projet par
la République du Canton de Genève,  le département de la Hte Savoie aurait pu jouir d’un développement plus harmonieux de ses axes de communications,
plus intéressant pour les travailleurs frontaliers, pour nos voisins genevois, et sans oublier que cela aurait aussi boosté  l’économie de nos
industries et le tourisme.


Là nous subissons  avec notre millefeuille
administratif, du manque de concertation sur des projets transfrontaliers, que seul  à notre avis le CG a autorité organisatrice.


 


Mais en attendant la société civile est porteuse de propositions et les élus
décident


 


D’ailleurs nous, nous en sommes très bien expliqués dans l’article du CEVA France enquête
publique


http://agfut-dtc.74.over-blog.com/article-ceva-france-enquete-publique-110839416.html


 


 



Présentation

  • : Avenir Transports Hte Savoie
  • Avenir Transports Hte Savoie
  • : Collectif de propositions et réflexions sur les transports en communs
  • Contact

Recherche