Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Revue en vrac n ° 39 septembre 2011, à la page 75

La Réouverture de la ligne du «Tonkin» DEVIENT obsolète , CELA voudrait dire liaison Réaliser Une Entre le Valais en passant par St Gingolph -Genève Cornavin après la réalisation du CEVA en Moins de 1h27 d'ridicule par rapport à l'offre des CFF par Lausanne.

Trains: 13 minutes de gagnées Entre le Valais et Genève

TRANSPORTS FERROVIAIRES | . L'offre versez le trafic grandes lignes Entre le Valais et Genève va Être Améliorée Le Gagner de De Temps Pourra Atteindre les 13 minutes.

. Les CFF en VONT optimiseur l'offre versez le trafic grandes lignes Entre le Valais et Genève Dès décembre 2012, aux heures de pointe, certains des des des "interregio" désservant le canton du Valais circuleront sans arrêt Entre Lausanne et Genève-Cornavin: Ce Qui apportera des gagnes de Temps pour les Usagers de la Riviera vaudoise et du Valais, et Pouvant Atteindre jusqu 'A 13 minutes.

Dès le 9 décembre 2012, Ont communiqué les CFF et la Chancellerie valaisanne.

DEPUIS 2004, les usagers du Train de Suisse occidentale toujours aussi Nombreux.

La fréquentation en Hausse de 35% excédé Le Double de Ce Qui Était Attendu aux couleurs de l'instauration de Rail 2000.

Le projet du SIAC de réhabiliter la ligne RFF Evian St Gingolph, pour 180 M €, n’est pas une priorité, l’avenir économique du Chablais, comme celui du Faucigny passe par le Sud

 

Nous tenons à expliquer notre position en apportant des éléments positifs et responsables à notre courriel. Nous sommes sous quelle forme que ce soit favorables au développement des transports. Nous ne sommes pas fixés sur le type de matériel qui sera utilisé, mais contre le transport fret sur ce projet, en l’occurrence les trains hydrocarbures de la raffinerie Tamoil. Nous nous opposons à ce que nos amis suisses nous mettent la pression, que dans leurs seuls intérêts.

 

On se demande pourquoi l’empressement de nos élus à rouvrir cette ligne mythique du «Tonkin » alors que rien ne laisse entrevoir objectivement un réel besoin économique pour le Chablais et la Hte Savoie. L’étude TTK a part du technique n’avance aucun paramètre harmonieux et économique, concernant un développement durable de la Savoie du nord.

 

On s’étonne de la position de quelques élus et associations à vouloir favoriser à relier deux régions du lac Léman en cul de sac entre les cantons Valais/Vaud et la Hte Savoie. Une portion du littoral en flanc de montagne très escarpé, ayant en parallèle la route D1005 et l’ancienne ligne RFF et quelques villages de pêcheurs dont le plus important est Meillerie (309 habitants) avant de se retrouver les petites haltes de l’agglo d’Evian peu dentifiées en population. L’impact voyageurs pendulaires domicile travail vers la suisse, comme le tourisme d’ailleurs y serait 1,5% sur l’estimation de 1500 personnes.

 

Actuellement deux associations sont opposées, l’association Sauvons le Tonkin siège à St Gingolph et en suisse voisine, subventionnée par une grosse société pétrolière suisse « La Tamoil » une des plus importantes de Suisse. Les «Tonkinistes » intox l’opinion publique de mensonges, avançant un potentiel d’utilisateurs en TC de 1200 et 3000 voyageurs /jour qui en attendant restera à la solde des contribuables que nous sommes.

L’association pour un Développement Harmonieux de l’Est du Pays d’Evian (ADHEPE) 250 membres, s’oppose elle à revoir circuler des trains voyageurs et encore moins du fret. Ses enquêtes et pétitions sont honorables, restent en totale contradiction avec les chiffres l’association du Tonkin. Cette association a comme projet de réaménager cette voie RFF désaffectée, d’une vision assez triste à voir, en une voie verte pour les cyclistes, piétons, rollers et marcheurs. Le foncier resterait quant à lui à RFF, pour une éventuelle réhabilitation.

 

L’article Le Messager du 21 avril 2011 fait part qu’il y a 23 années que la ligne est fermée. Le principal propriétaire foncier RFF comme la SNCF gestionnaire du service ne font pas partie prenante du projet à une réouverture. Maintenant cela fait 72 années que le tronçon n’a plus d’activités commerciales SNCF au niveau train, alors que le transport frets lui, s’est effrité d’année en année pour être abandonné en 1988.

 

On réagit différemment particulièrement les locaux sur la configuration de cette ligne RFF aérienne, traversant le village de Meillerie, alors que le ballast de la voie se trouve à la hauteur des fenêtres du salon, ou chambres des maisons qui bordent la voie. Les riverains de la ligne restant les plus concernés n’ont pas été consultés. Nous pensons qu’ils ont leur mot à dire sur la forme du contenu du cahier des charges et des vices cachés que nous avons clairement dénoncé de la part des autorités suisses.

 

Nous estimons que le littoral Sud du Léman de la partie française entre St Gingolph et Evian devrait être placé comme site environnemental classé. Le protéger afin de supprimer tous transits de matière dangereuse sur la D1005 (malgré le panneau d’interdiction) aux risques d’accidents d’une pollution dans le lac Léman, comme par l’éventuel engouement de la réouverture de la ligne RFF. Actuellement les statistiques laissent apparaitre 12 000 véhicules/jour, voire 16 000 en haute saison, en plus des camions de 40T qui rasent les fenêtres des habitations, voire enjambent les trottoirs pour se croiser.

 

On doit ajouter le niveau géologie d’une falaise instable sur Meillerie en plus de l’extraction de la carrière qui demanderait en plus de sécuriser la ligne RFF de chute de pierres. Toutes les associations environnementales devraient adhérer aux débats pour l’intérêt des locaux du littoral.

 

Ceci pose le problème d’un trafic de véhicules de plus en plus grandissant dans les prochaines décennies, alors que les cantons de Vaud et Valais ont déjà entrepris la déviation de Nord qui arrivera sur les hauteurs de St Gingolph. La France, n’a pas étudié de solutions, elle envisage simplement se rabattre sur la D1005, déjà à saturation entre les déplacements internationaux et les locaux. Il serait opportun de penser développement durable et d’envisager une nouvelle déviation sur le plateau Gavot, le nord d’Evian pour rejoindre le contournement de Thonon. Si les sources des Eaux d’Evian dérangent, nous avons des techniques avancées à trouver des solutions.

 

Libérer la route du littoral, permettrait un développement plus harmonieux des villages de pêcheurs et également pour valoriser le tourisme. Rendre cette route pour les modes doux et l’agrémenter de voies cyclables, comme de zones 30 « piétonnes ». Si le projet venait à se faire, la faible utilisation journalière des flux voyageurs sur le Tonkin n’influencera pas, à la diminution des flux véhicules sur la D 1005, les villages de pêcheurs seront toujours perturbés par les bruits et la pollution des véhicules.

 

Notre expérience sur les transports publics, laisse clairement apparaître que le citoyen de la Hte Savoie, n’a pas une mentalité transports, à part quelques rêveurs du ferroviaire. Il suffit de regarder les statistiques de fréquentations sur le TER ou LIHSA (autocars CG 74) concernant le nombre de voyageurs par rapport au nombre de trains ou autocars qui circulent la journée en Hte Savoie, ce ne sont pas des paramètres pour valoriser l’ouverture du « Tonkin »

 

Pourtant de gros efforts en transports publics ont été réalisés par la Région RA et le CG 74

 

Si les clients n’y sont pas ! Il faut reconnaître que sans offre de transports, la fréquentation n’y est pas. La Région RA a largement subventionné de grosses améliorations pour le service TER, ainsi que SNCF TER RA (Matériels, gares, informations, aménagements de garages à vélos) et c’est tant mieux. Sur le département de la Hte Savoie on observe une la fréquentation uniquement en fin et début de semaine avec les lycéens et les étudiants, cela reste assez calme la semaine.

 

Le mitage des habitations et l’excentration des zones d’activités en Hte Savoie restent une des principales causes du non transfert aux transports publics.

 

Les régions d’Evian et de Thonon représentent de petites collectivités, pas assez concentrées en population. En trois minutes de voiture on sort de la ville pour se retrouver dans une région extraordinaire en paysage. Involontairement, les collectivités n’ont pas su concentrer les villages, comme nos voisins suisses. Ils ont laissé embellir le mitage des habitations, comme les lotissements ont fleuri de partout. Si bien qu’aujourd’hui il est difficile d’organiser un ramassage en TC. Idem lors des créations de zones d’activités en dehors des agglomérations et la voiture individuelle ou le covoiturage reste la seule solution pour y parvenir.

Une région où l’on gagne bien sa vie, la voiture force d’indépendance

Les industries et les emplois y sont prospères, le tourisme également, la proximité des cantons Genève Vaud et Valais emploient de nombreux frontaliers.

 

A la réflexion l’AGFUT-DTC 74 dit clairement que la ligne ferroviaire du « Tonkin » abandonnée n’est pas une priorité immédiate dans un investissement lourd du projet SIAC. Elle n’offre ni un avenir économique, ni un transport collectif transfrontalier (TCT) significatif pour la Savoie du Nord.

 

Investir 180 millions sur une ligne ferroviaire en rase campagne, pour relier deux zones naturelles en cul de sac, ne sont pas un investissement significatif. Les priorités du Chablais en accès des flux se réalisent par le Sud pour ce qui concerne son économie, son industrie, les emplois, le tourisme. Actuellement ils sont largement déficitaires en mobilités (trains, autocars, routes)

Dans un bon résonnement il faudrait prioritairement :

Réaliser la construction de la 2x2 voies « Les Chasseurs- Thonon »

Doubler la ligne RFF Evian-Bellegarde- La Roche sur Foron, ne serait ce pour améliorer un bon transfert de la route au rail, tout en améliorant les temps de déplacement de 20%.

Un avantage également non négligeable pour le fret, lui redonner une plus grosse part de tonnage pour les Eaux d’Evian.

C’est un privilège attendu pour le tourisme et les industries qui est une argumentation pour augmenter la relation avec des offres de déplacements plus rapides et sans rupture de charge depuis Bellegarde.

Les professionnels du tourisme attendent ces propositions de mobilité pour des séjours courts et confortables, comme des trains grandes lignes vers Evian et St Gervais (trains Eurostar ou Thalys) C’est un argument pour nos stations d’hiver et été. (45 % de la clientèle est anglophone)

 

Le Chablais a déjà perdu son train de nuit journalier Corial Lunéa Evian, Paris Austerlitz via La Roche sur Foron par manque de fréquentation et surtout d’informations. Il est actuellement remplacé par une correspondance TER jusqu’à La Roche avec le Corial Lunéa St Gervais, Paris Austerlitz.

Programmer un TGV AR journalier sur le Nord du département avec Evian et St Gervais (35 millions de nuitées) selon les promesses de Mr Pépy, mais pas assez rentable à écouter le service commercial de la SNCF.

Les hôteliers sont obligés d’organiser eux-mêmes leurs transports vers le pôle de Bellegarde ou l’aéroport de Genève Cointrin. Nous sommes concurrencés par des compagnies holocaustes (anglaises) qui les réalisent et nos trains et autocars TC sont peu fréquentés.

 

Il reste important d’accueillir les vacanciers par le train pour être dans les normes du Développement Durable. (Fréquentation 2% à 3% actuellement). Arriver à 10 %, nous devons nous en donner les moyens, les collectivités ne savent plus quoi faire des voitures dans les stations. Des stations sans voiture c’est décrocher le label « ECO-STATIONS »

Ces investissements seront des plus valorisants pour le Chablais et sont prioritaires avant la réouverture de la ligne mythique du Tonkin. Pour l’économie de la région c’est prospère, avec des emplois à la clé pour les locaux.

 

Comme nous l’avons précisé sur notre communiqué de presse du 17 juillet, de gros efforts restent à faire pour favoriser les liaisons inter villes touristiques du département. Exemples ; Annecy (2h15 à 3h10 de TER distant de 77 Kms), Chamonix autre site touristique (122 km 2h35 à 3h05 de TER)

 

L’arrivée du CEVA lui, va apporter une amélioration pour les 5700 frontaliers du Chablais, voire doubler avec les résidents suisses qui se sont installés en France. Mais fort de constater que la suisse devra elle aussi, améliorer ses offres sur le Canton de Genève, en apportant des liaisons RER directes (qui n’existent pas à ce jour) vers l’aéroport international de Genève Cointrin (12 millions passagers année) comme accéder sur les zones industrielles de Meyrin Zimeyza, ceci depuis Evian, St Gervais et Annecy, ce qui ne sera pas le cas avec le CEVA.

 

On dénonce un laxisme en Hte Savoie du service public TER, avec des images de grèves, trains en retards, en sur fréquentation en fin et début de semaine par manque de renforcement matériel. C’est une image qui colle à la peau. Un service TER ayant trop de ruptures de charge, n’offre pas des déplacements rapides et pas concurrentiels avec un véhicule privé, ceci en particulier pour le pendulaire domicile travail.

 

Nous sommes favorables à une réouverture du Tonkin dans un 2eme projet, lorsqu’il sera pérenne, avec d’autres investissements comme le financement.

 

Quand aux statistiques avancées par SLK, nous restons très réservés en nombre de personnes transfrontalières transportées. On n’organise pas un transport public au milieu de la campagne. Nous estimons que l’organisation des transports c’est tout un ensemble de paramètres au niveau Départemental et Régionale en tenant compte des axes prioritaires routiers et ferroviaires, ensuite on pourra y ajouter un puzzle, tel que le « TONKIN »

 

On ne doit pas rêver, actuellement avec la crise, en France, l’argent n’est pas à gaspiller, c’est encore nous citoyens qui payons la facture. Tout ceci ne fait pas très sérieux à nos regards et analyses.

 

Si un jour, on veut faire à nouveau circuler des trains entre Evian et St Gingolph, ce sera des TER couleur bleu qui riment très bien avec Rive Bleue Express. Nous sommes autant capables que nos voisins suisses pour investir, et cela rendra plus responsable notre service public RFF et SNCF. Nous avons du matériel roulant très confortable et un rail des moins bruyant.

 

Nous disons que le Tonkin est l’affaire des Savoyards avant tout et particulièrement des locaux. Les associations d’environnements venues d’ailleurs sont des puissants rêveurs du tout rail, alors nous estimons que seuls les locaux et les habitants du littoral ont la réponse à leur destin. C’est pour cela que nous soutenons la population représentée par l’ADEHPE

 

L’avenir et le dialogue feront le reste

 

Nos amis Vaudois et Valaisans disent de la Suisse c’est toujours plus beau, mais en attendant en France c’est toujours meilleur.

 

Amancy le 30 août 2011

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Avenir Transports Hte Savoie
  • Avenir Transports Hte Savoie
  • : Collectif de propositions et réflexions sur les transports en communs
  • Contact

Recherche